17/12/2018 : « Un homme pressé » avec Fabrice Luchini

un homme presse

Le 26 novembre dernier, je suis allée voir « Un homme pressé » avec Luchini. Ça raconte l’histoire d’un chef d’entreprise, toujours débordé, qui est victime d’un AVC et paf (comme paf le chien ou paf l’Anaïs), voit sa vie complètement chamboulée, ou plutôt (comprendront ceux qui ont vu le film), complètement champignonboulée.

Voilà un film qui m’a totalement champignonboulée aussi, tant ça me rappelle ce que j’ai vécu. C’était marrant comme tout, triste mais marrant, quand il dit « je vais voir la psychopathe » en pensant « je vais voir la psychologue », c’est totalement le truc dont j’aurais été capable. A mourir de rire, mais tellement atroce à la fois.

Un superbe film, dur et drôle, à voir pour mieux comprendre les conséquences de l’AVC (et encore, là, il s’en sort bien).

Je suis rentrée du ciné quand il faisait déjà noir, donc avec mon gilet réfléchissant acheté chez Amazon, ouf il est fuschia, il aurait plus manqué qu’il soit jaune et qu’on me prenne pour une manifestante en rolateur !

Publicités

17/12/2018 : mmmmmmmmmmh le bon repas

Hier, je m’apprête à préparer deux tartines de pain complet que j’ai dégelé, avec de la salade de poulet fumé. J’ai acheté pour la première fois cette salade, et c’est un régal. Le souper promet d’être bon.

Je prépare tout dans une assiette en plastique, pour le manger vautrée sur mon divan, comme avant d’être renversée. J’ai bien tenté de manger à table durant un mois après mon retour at home, la table étant, en toute logique, plus proche de la cuisine que le divan, mais j’ai vite abandonné pour revenir à mes bonnes vieilles habitudes. Bon, y’a bien trois chats qui scrutent la bouffe en espérant qu’elle tombe ; bon je dois repousser leurs attaques ; mais sinon c’est parfait.

En préparant mes tartines, je sens une odeur bizarre qui surpasse l’odeur de fumé. Non, pas une odeur de crotte (ouf), une odeur de… cramique…

Je goûte un petit bout de pain et, horreur, c’est bien du cramique complet. Horreur, car j’ai déjà mis mon poulet fumé sur le pain, me vlà donc condamnée à manger du cramique fourré de salade de poulet fumé… Ben, c’est étrange… mais pas mauvais (pas eu le choix car je n’avais plus de pain). Quand je disais que depuis l’accident tout me semblait bon !

17/11/2018 : Question à la Une sur les AVC

J’ai regardé Questions à la Une sur les AVC, et au tout début on voit la plaque de William Lennox. Et bien sûr, je me mets à pleurer. Tchu. Quand j’y étais, je ne réalisais pas que beaucoup de patients avaient eu ça. Je ne me posais pas la question de « pourquoi ils sont là ? », curieuse comme j’étais avant l’accident, mais là mon cerveau ne se posait même pas la question.

Mais là je réalise tout ce que cet accident (de merde) m’a apporté (bien sûr, je fais abstraction de tout ce qu’il m’empêche de faire, on va pas pleurer dans les chaumières) :

– le groupe GEH (groupe d’entraide aux hémiplégiques), avec qui je suis allée à Pairi Daiza,

– Martine, qui gère le groupe et était infirmière de nuit à Lennox, qui m’a fait connaître ce groupe (bien sûr pas à Lennox, après, car elle vit près de chez moi)

– les Jambiens, leur expérience, leur gentillesse, leur aide, les super moments passés ensemble

– le Ressort, qui m’aide beaucoup (activités où je sors de ma solitude et je vois du monde et aide pratique de l’association)

– l’aquarelle où je vais le mercredi, les gens géniaux que j’y rencontre

Et je dois en oublier… alors oui c’est pénible (si j’étais impolie je dirais « ça me fait chier ») d’avoir été renversée par une tuture, mais quand je vois le positif, je pense à tout ça… (mais ça me fait tout de même chier hein).

 

11/11/2018 : guerre 1914-1918 / guerre 2014-2018

Avec ce centenaire (c’était pas en 1989 le bicentenaire de la révolution française ? mon cerveau malade me dit ça !), j’arrête pas de me dire : « centenaire de la guerre 14-18 et pour moi ce fut ma guerre 2014-2018 : guerre contre la mort ». Mais le pire c’est que la guerre continue pour moi, plus contre la mort, mais pour avoir une vie potable, un peu d’autonomie, et faire le deuil de mon ancienne vie. Je pensais l’avoir fait et le neurologue de Lennox, le docteur Willemart, m’avait dit « vous faites vite le deuil vous ». ça m’avait énervée grave ! Jamais content le bonhomme ! Et je réalise que je ne l’ai pas fait. Au fond tout au fond, j’espérais encore récupérer un peu de marche, de dextérité, de mobilité. Bref que mon handicap diminue un chouia. Le doc de la mutu avait bien pigé que non, puisqu’il m’a reconnue invalide jusqu’à la pension.

anaismako

 

Bon ben donc la guerre est aussi finie pour moi, mais je continue à me battre pour ma mobilité, car un pas de gagné, c’est un pas de gagné, na.

4/11/2018 : gâteau pour singe (à la banane)

Le jour d’halloween, j’avais fait un gâteau (recette de maternelle, faciiiiiile, genre de crêpe épaisse) aux pommes, et j’avais pissé le sang (de circonstance pour halloween).

Ce jour, bien qu’il me reste plein de pommes, j’ai fait la même recette, mais en remplaçant les deux pommes par quatre bananes bio. Plus facile et moins risqué. Je crois que j’ai déjà essayé avant l’accident, mais aucun souvenir : était-ce bon et réussi ? mystère…

Maintenant que la gâteau est cuit, je connais le même problème qu’avant : attendre que le four refroidisse pour chauffer mon repas (poulet, pâtes que je viens de cuire, mélange pois, asperges vertes et soja vert, sauce tomate mascarpone, merciii Delhaize). Oauis car j’ai un combiné four classique et micro-ondes Patience… argh. Je me rappelle qu’avant l’accident, je suis déjà descendue à la cave pour chauffer une assiette dans le vieux micro-ondes que j’y avais déposé et branché, car mon four classique venait de fonctionner. Et oui, système D, maintenant je n’ai plus le droit de descendre à la cave et de toute façon j’ai donné ce micro-ondes, autant qu’il serve…

Donc je n’ai qu’une chose à faire : patienter.

Mon gâteau pour singe :

2018 11 04

Mon déguisement d’halloween :

pizap.com15409764198801