24/09/2018 : journée de témoignage à Gembloux, avec le Ressort

pizap.com15377842759781pizap.com15377837424941pizap.com15377840127412

Publicités

23/09/2018 : un animaaaaaaaaaaaal, qui aime tout ce qui est maaaaaaaaaaaal (Rapsat)

Je me souviens que bien avant ma seconde vie (je n’avais donc pas l’excuse de la cérébrolésion), une collègue m’avait parlé du boss en me disant « maintenant, il a un coyote dans sa voiture ». Et moi, sans blaguer du tout, j’avais répondu « heeein ? mais comment il a un animal dans sa voiture ». Je pense que j’avais raconté ça dans « les minutes blondes » de mon blog, car ouuuuuiiiiiiiiiiiii, j’ignorais totalement ce qu’était un coyote…

16/09/2018 : mes photos des Wallos

Naaaaaaaaaaan, je n’y suis pas allée, ça va pas la tête ?, mais je suis allée en ville jeudi quand elles étaient en pleine installation, ça m’a rappelé des souvenirs et j’ai pris des photos :

  1. les fuschias rue des Carmes, j’adooore
  2. la bouffe proposée par le saint-Aubain, j’en prenais toujours avant (photo prise à la TV, durant l’émission de la RTBF)
  3. l’Enjambée vue de Namur (oooooooooooooh on voit une mouette !)

15/09/2018 : avant de partir…

Je rassemble mes nouvelles pour un projet que j’ai et j’ai retrouvé ceci que j’avais écrit chais plus quand, mais avant 2014 :

Avant de partir…

 Avant de partir, avant de mourir, moi Ze veux :

Attendre sans plus attendre le tram 33

Bêtifier à en avoir le hoquet

Coucher avec le second venu

Danser sur la pointe d’une étoile

Être moi et l’assumer

Fouetter 50 nuances de Grey

Gargouiller de la mousse de dentifrice

Héler un shar pei qui passe par là

Ingurgiter des manons Léonidas aux noisettes

Jongler avec des balles magiques

Kleptomaner une framboise

Lire l’intégrale de Stephen King

Muser un air de Muse

Nictaloper en compagnie d’une panthère noire

Ouvrir la boîte de Pandore puis la refermer vite fait

Péter des odeurs de barbapapa

Quantifier le bonheur souhaité

Réfléchir sans le faire

Sauter dans des flaques de boue avec des bottes en caoutchouc

Tourner autour du pot à en avoir le vertige

Ubuesquer sur un tableau abstrait couleur coquelicot

Vivre, et ça se passe de détails supplémentaires

Wikipédier mon nom et ne pas m’y trouver

Xylophoner Clair de Lune de Debussy

Yogater et m’assoupir au soleil

Zézayer et en rire aux éclats…

 

Et vous, que rêvez-vous de faire avant de partir ?

 

14/09/2018 : première rénovée

Aujourd’hui en allant au Trafic, j’ai rencontré Madame Noël, c’était ma titulaire adorée en première rénové (et prof de français si mes souvenirs sont bons), quel bonheur de parler avec elle, je ne l’avais plus vue depuis des années je pense, elle n’a pas changé, sa coupe de cheveux non plus mais dans mon souvenir c’était plus clair (roux ou auburn).

Ce fut un super moment et ça m’a rappelé plein de souvenirs, notamment que j’allais aux fêtes de Wallonie à Namur quand j’étais jeune, le vendredi soir, la samedi et le dimanche et même le lundi, qui est le jour des namurois. D’ailleurs, je disais « les wallos » et pas « les fêtes de Wallonie ». Je pense que tout le monde disait ça (le dit-on encore ?).

Bref, je suis arrivée en première rénovée d’une autre école, une petite chose maigre (si si, à l’époque j’étais maigre) et timide, qui quittait les primaires, où elle était la plus âgée, pour devenir la plus jeune en rénovée, dur dur. Madame Noël m’a rassurée, aidée et fait connaître et adorer L’écume des jours (aaaaaaaaah Colin et Chloé, et son nénuphar dans le cœur, et la petite souris qui se suicide, aaaaaaaaaah).

Bon allez, trêve de nostalgie, bonnes wallos à tous !

11/09/2018 : qui se souvient de ce qu’il faisait le 11 septembre ?

Je me souviens parfaitement de ce que je faisais. C’était un lundi, juste avant 9 h heure locale (dixit l’émission TV que j’ai regardée).J’étais au taf, on était encore boulevard Mélot (on n’avait pas encore déménagé à Bouge), et y’avait internet que sur un PC à part, placé derrière moi. J’ai vu qu’un avion s’était écrasé sur une des tours jumelles et ça m’a glacée, vu que j’ai horriblement peur de prendre l’avion. Mais le pire restait à venir… Je n’ai pas cessé de me retourner vers ce PC pour avoir des infos, chaque fois plus dramatiques.

Une fois chez moi, j’étais si traumatisée que je pense ne pas avoir pu rester seule et être allée chez Liliane et Denise à Jambes, passer quelques heures, mais je mélange peut-être tout… ça m’a rassurée de ne pas être seule, le drame semblait moins dramatique.

 Le 11 septembre 2001, j’étais donc au taf puis à Jambes, en état de choc.

Le 11 septembre 2015, je quittais William Lennox pour rentrer chez moi, à Jambes aussi.