Il était un petit navire…

(billet paru dans le 7mag de mars, publié cent ans après, même jour, même heure)

Tout va vite, de nos jours, ma bonne dame.  Très vite.  Trop vite.

Dès le 1er septembre, on sort les citrouilles d’Halloween, le 2 novembre arrivent les sapins de Noël, le 15 décembre les cœurs de Saint-Valentin font leur apparition et dès juin, on achète les cartables !

Il est donc tout naturel qu’en ce mois de mars, je vous parle déjà de vacances.  Because il est grand temps de songer à réserver, pour profiter de big réductions de la mort qui tue la vie.

Et comme je ne monte jamais dans les grands oiseaux de métal qui vous emmènent à l’autre bout de la terre, n’en déplaise à ceux qui me rabattent les oreilles avec leurs statistiques sur les accidents d’oiseaux de métal, de machine qui fait tchou tchou ou de mange essence, j’ai envie de vous parler de vacances en… bouchon qui flotte.  En bateau.

Quoique… est-ce bien le moment de parler bateau, en cette vague (admirez l’allusion subtile) d’accidents dramatiques (des morts) ou cocasses (des passagers privés de WC durant trois jours).

D’un côté, si on ne peut parler que de sujets ne faisant pas l’actualité, me voilà contrainte d’éviter de parler d’élections, de curés, de bouffe, de crise financière et politique, de mon régime ou de la dernière relation de Jenifer Aniston.  Alors j’assume, je vais vous causer de ma croisière

Ma croisière sur un bateau de la compagnie… enfin vous voyez quoi, cette compagnie signifiant « littoral maritime », ou « côte ».

Ben croyez-le ou pas, ce fut nirvanesque.  Mes meilleures vacances.  Un juste mélange de découverte, de farniente, de bonne bouffe de bonne qualité de bon goût en bonne quantité bonne bonne bonne, de soleil, de jacuzzi, de chouette ambiance et de robes du soir pour me la péter grave.

J’ai adoré.

Surtout ce fabuleux moment où, seule sur le pont, tandis que tout le monde était attablé au resto ou « assiesté » dans les cabines, j’ai dansé dansé dansé, musique dans les oreilles, coucher de soleil dans les mirettes, bras levés au ciel.  Nirvanesque je vous dis, que ce moment.  Un peu moins lorsque j’ai découvert que j’étais filmée et montrée en direct dans le millier de cabines du navire, mais qu’importe, le ridicule ne tue pas, il se contente de ridiculiser.

Alors, malgré les drames de ce début d’année, malgré le centenaire du naufrage du Titanic, ben moi, si on me propose une croisière, là, de suite, départ immédiat, ben je signe de suite.  Qui veut ?

 

L’horoscope décalé d’Anaïs (paru dans le 7mag de mars)

Bélier
21 mars – 20 avril

Foncez tête baissée dans vos projets, quels qu’ils soient, du moins si vous avez une bonne assurance, car les coups de corne, ça peut faire des dégâts.

Taureau
21 avril – 21 mai

Foncez tête baissée dans vos projets, quels qu’ils soient, du moins si vous avez une bonne assurance, car les coups de corne, ça peut faire des dégâts.  Ben non je radote pas, j’en peux rien si ces deux bestiaux se suivent dans l’horoscope et s’ils ont des cornes tous les deux hein.

Gémeaux
22 mai – 21 juin

Vous voyez double en matière de mecs en ce moment, voire triple, comme si une pulsion irrépressible vous entraînait dans différentes directions.  Attention, à force de chasser sur différentes terres, vous risquez de perdre toutes vos proies.  Trop de mâles tue le mâle !

Cancer
22 juin – 23 juillet

Envie de gourmandise et de détente ?  Foncez aan de Noordzee, et mangez un plateau de fruits de mer, crabe inclus, of course.  En cas d’allergie, évitez cependant, ou ne venez pas m’accuser d’homicide involontaire.

Lion
24 juillet – 23 août

Vautrez-vous immédiatement dans la luxure, afin de rugir de plaisir, surtout si vous avez vécu un stress récemment (par exemple un déménagement).  Si vous êtes célibataire, ne pleurez pas, foncez sur la friandise éponyme, vous rugirez également.

Vierge
24 août – 23 septembre

Ne serait-il pas temps de songer à rencontrer enfin le grand méchant loup ?  The big bad wolf ?  Alleye une fois, vous ne le regretterez pas.  Et non, personne ne vous traitera de Petit chaperon rouge, du moins si vous évitez les paniers en osier.

Balance
24 septembre – 23 octobre

Bon, l’heure est grave.  Avez-vous récemment causé à cet appareil avec lequel vous vous êtes disputée y’a deux décennies, qui porte le même nom que votre signe astrologique ?  Je comprends, j’ai fait pareil.  Cependant, si vous n’entrez plus dans vos fringues à cause de vos excès de petits œufs de Pâques (en vente depuis deux mois, bien sûr), ben pas le choix, faut vous réconcilier.

Scorpion
24 octobre – 22 novembre

Grippée en cette fin d’hiver ?  Comme tout le monde quoi… ça vous apprendra à fuir sans cesse la piqûre du médecin.  Parfois, un bon vaccin vaut mieux qu’une mauvaise grippe, non ? 

Sagittaire
23 novembre – 21 décembre

Encore célibataire ?  Pourtant vous détenez une flèche digne de celle de Cupidon.  Visez bien, l’amour est peut-être au bout de la trajectoire !

Capricorne
22 décembre – 20 janvier

Et encore un bestiau à cornes.  Mais je vais changer de disque, promis.  Et puis, qui dit cornes dit… cocu.  La vigilance s’impose, des fois que.  Meuh non je ne mets pas le chat dans les poules.  Je dis ça je dis rien quoi, juste pour info, sait-on jamais…

Verseau
21 janvier – 19 février

Il est temps de mettre un peu d’eau dans votre vin, et de redevenir le gentil petit être que vous avez toujours été.  Avoir du caractère, c’est bien, avoir un sale caractère, c’est mal.  Et trop de mal tue le mal (en plus du mâle).

Poissons
20 février – 20 mars

Vous nagez dans le bonheur en ce moment, tant au niveau amoureux que financier ou du travail.  Le bonheur je vous dis.  Attention cependant à ne pas perdre pied et à ne pas vous noyer sous cette avalanche de bonnes choses.

Le billet d’humeur du 7 mag d’hier : de l’avantage d’être célibataire

En bonne Dori, j’ai bien sûr oublié d’aller chercher le 7dimanche et le 7mag hier, tchu.  ça m’est revenu vers 4h15 du matin, à 4h15 précisément, d’ailleurs, vu que j’ai sursauté dans mon lit bien chaud.

Je me suis donc précipitée dans ma boulangerie, ce matin, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, et on m’a ri au nez (à ne pas confondre avec riz au lait).

Mais, ô bonheur suprême, j’ai trouvé quelques 7mag qui grelotaient sur le sol du GB de la gare, et j’en ai sauvé un de l’hypothermie, rien que pour vous…

Voici donc ma chronique de ce numéro spécial Saint-Valentin…

Faut cliquer pour lire… et faut pas être myope… pour les taupes comme moi, je vous mettrai le texte tout à l’heure, ça sera plus mieux.

Et voilà :

De l’avantage d’être célibataire…

Vous ne pensez tout de même pas que j’allais vous abreuver de bonnes paroles sur l’amour et tout ce qui rime avec, en cette période fatidique, moi l’auteure de « Manuel de survie : célibataire et fière de l’être »  (paru ce 20 janvier aux éditions Tournez la page – livre que je vous dédicacerai d’ailleurs le samedi 3 mars à la Foire du Livre de Bruxelles), si ?  Allons allons, vous me connaissez non ?  Moi je pense aux célibataires qui vont se farcir des cœurs à toutes les sauces, dans toutes les vitrines, dans tous les magasines et j’en passe, et ce durant des semaines…

J’ai donc dressé, pour vous rien que pour vous, la liste des innombrables avantages de votre statut de célibatman et célibatwoman.  Car oui, grâce à ce statut, vous pouvez, avec une joie incommensurable et un bonheur inébranlable :

– faire la grasse mat’ devant l’intégrale de Grey’s Anatomy et tenter de séduire le superbe Docteur Mamour ou la plantureuse Little Grey

– surfer toute la nuit en lisant des blogs de femmes ou de mecs futiles (parce que vous adhérez à ce club)

– vous Madame, avoir un orgasme à coup sûr avec mister vibro (ce qui n’est nullement garanti avec mister mec, avouez-le)

– draguer une fille / un mec chaque soir et tenir un hit-parade des meilleurs coups de votre existence

– partir avec votre BFF (best friend forever), sans prévenir personne, monter dans le premier vol disponible, sans vérifier la destination

– vider la réserve de votre carte de crédit sans devoir rendre de comptes (sauf à banquier vénéré)

– ne vous disputer avec personne en choisissant le programme du soir

– vous peser le matin sans subir un regard lourd de reproches (sauf celui de la balance)

– avoir une haleine de chacal sans crainte aucune

– frimer en voiture, toutes fenêtres ouvertes, musique à fond, lunettes de soleil sur votre nez bronzé, cheveux au vent

– pleurer devant une rediffusion d’Autant en emporte le vent

– laisser des dizaines de vieux mouchoirs sous votre oreiller

– garder le même slip durant quatre jours (ou sept ?)

– vous raser le matin, dans une position aussi sexy que celle de la crevette grise, sans vous cacher

– faire la vaisselle lorsque la dernière cuillère du dernier tiroir est couverte de poils d’une couleur indéfinissable

– danser en pyjama pilou et pantoufles à têtes de vache dans votre cuisine

– vous offrir un long bain moussant à souhait, en lisant un magazine érotique

– vous alimenter, un WE durant, exclusivement de chocolat, de chips et de vinasse

– vous asseoir sur des méga piles de romans à l’eau de rose / de magazines de foot

– demander à maman de faire votre lessive, et surtout votre repassage, sans aucune honte (votre maman aime tant ça, en plus)

– admirer vos coussins d’amour, oups, vos abdos, durant des heures

– écouter votre musique préférée sans être traitée de has been ou de dégénéré(e) pathologique

– zoner sur des sites de rencontres interdits aux casés heureux ksssss kssssss

Alors, elle est pas belle la vie ?

 

7mag fevrier 2012 horo.JPG

L’horoscope du mois dans le 7mag

L’horoscope décalé d’Anaïs : quel personnage de Noël êtes-vous ?

Bélier
21 mars – 20 avril

Vous êtes Joseph, ce pauvre individu devenu papa d’un coup de baguette magique, sans même avoir pu faire cette chose que la morale chrétienne réprouve, si c’est pas malheureux.  Ça vous met les nerfs ?  Je comprends, allez espérons que cette année vous mettrez enfin le petit Jésus dans la crèche.

Taureau
21 avril – 21 mai

Vous êtes le bœuf bien sûr, qui réchauffe ceux qu’il aime de son haleine fétide mais si chaude.  Offrez-vous une brosse à dent pour votre petit Noël, et tout sera parfait dans le meilleur des mondes.

Gémeaux
22 mai – 21 juin

Vous êtes le renne du Père Noël.  Enfin les rennes.  Rudolphe, bien sûr, mais aussi Tornade,   Danseur, Furie, Fringant, Comète, Cupidon, Tonnerre et Éclair.  L’espace d’un instant, vous quittez votre gémellité pour tester la grande aventure de l’ubiquité.

Cancer
22 juin – 23 juillet

Vous êtes Melchior, Gaspard et Balthazar, tout à la fois, bref les Rois mages, et j’ai une question à vous poser : il est passé où l’or et tout le tralala que vous avez soi-disant apporté, passque bon, faut se rendre à l’évidence, ça sent pas l’oseille ici, alors, avouez, vous avez tout piqué ?  Bon, on vous pardonne si vous n’oubliez pas la galette en janvier.

Lion
24 juillet – 23 août

Vous êtes le petit Jésus, innocent comme l’enfant qui vient de naître (enfin qui va naître).  Bon, ok, la vie ne s’annonce pas facile et commence mal, dans une étable glaciale au milieu d’odeur de bestiaux, mais rassurez-vous : ça ne va faire qu’empirer… jusqu’au Vendredi Saint.

Vierge
24 août – 23 septembre

Vous êtes votre personnage fétiche, la vierge Marie (je sais, j’ai choisi la solution de facilité, mais c’est d’une logique implacable, non ?).   L’abnégation est votre second prénom, vous allez tout faire pour gâter vos proches en cette période festive.  Ne vous oubliez cependant pas, passque la gentillesse, à la longue, ça lasse.  Soyez égoïste, que diable.

Balance
24 septembre – 23 octobre

Vous êtes le berger, nageant dans le bonheur au milieu de ses pelotes de laine vivantes. La question du jour est : elle est où votre bergère, on ne la voit jamais dans la crèche, si ?  Allez zou, filez sur www.lamourestdanslabergerie.com et trouvez la gardienne de troupeau de votre vie.

Scorpion
24 octobre – 22 novembre

Vous êtes le sapin de Noël, personnage emblématique de fêtes réussies.  Naturel ou artificiel, illuminé ou non, peu importe, tant que vous donnez la banane à tous les petits enfants qui vont se faire un plaisir de vous décorer.  Pour cela, je vous fais confiance.

Sagittaire
23 novembre – 21 décembre

Vous êtes la dinde, la buche, le foie gras, le champagne et les cadeaux, mais également l’amitié, l’amour, la joie et le partage (amen), bref tout ce qui fait qu’une fête est réussie.  Et dire que la moitié des gens n’aiment pas les fêtes, c’est bête non ?

Capricorne
22 décembre – 20 janvier

Vous êtes papa Noël, le globe trotter du mois de décembre.  Toujours envie de bouger, en véritable sagittaire incapable de s’enraciner.  Et si vous vous posiez, l’espace d’un instant, sur une cheminée, pour admirer ce qui vous entoure et en profiter un max ?

Verseau
21 janvier – 19 février

Vous êtes l’étoile du berger, qui tente de guider tout le monde.  Mais bon, hein, il est temps de réaliser que vous ne détenez pas la vérité absolue et d’arrêter de vous la jouer Schtroumpf à Lunettes.  On a dit étoile du berger, restez-en là.

Poissons
20 février – 20 mars

Vous êtes l’âne.  Meuh non je ne dis pas que vous êtes têtu ou doté d’un QI d’âne.  D’ailleurs l’âne n’est-il pas un animal intelligent ?  Intelligent et doux, avec ses petits naseaux poilus.  Offrez cette douceur à vos proches, ils vont adorer cela.

Ma chronique de décembre dans 7mag

Comme disait Calogero, c’est d’ici que je vous écris.  Savoir du fond de mon lit, où je fais des folies de mon corps, vous l’imaginez bien.  Folies = couver mes miasmes, cracher mes glaires en pensait à mon troisième prénom, Claire, abuser de mouchoirs et mater The lying game, série que je découvre et dont le livre sortira prochainement, je l’ai su hier aussi, comme quoi ça a dû bon de faire des folies au lit.

Mais comme vous êtes des milliards à m’avoir souhaité un bon annif et à vous inquiéter de mon silence, je vous offre ma petite bafouille du mois parue dans le 7mag :

Le hamster de Noël est arrivé

Moi, je ne suis ni cigale ni fourmi, n’en déplaise à La Fontaine : je suis hamster.  Je stocke.  De la bouffe aux produits de beauté en tous genres, en passant par les rouleaux de papier WC ou les trucs féminins dont on use et abuse quand nos hormones tirent la tronche, si vous voyez ce que je veux dire.  Si une guerre thermolactyle thermonucléaire survient, j’ai de quoi tenir un siège.

Mais je ne suis pas hamster que dans ce domaine : je suis également un hamster de Noël.

Et oui, même concernant cette fête qui n’a lieu qu’une fois l’an, je stocke.  Nan, pas du foie gras, du confit d’ognon (message subliminal aux détracteurs de la nouvelle orthographe) ou du champagne (quoi que je l’avoue, j’ai au frigo, déjà, un peu de tout cela, ça peut servir en cas de guerre thermonucléaire), je stocke des sapins de Noël et des crèches.  Je sais, faut que j’en parle à un psy, d’autant que je déteste les fêtes, je les hais, je les exècre, je les maudis. 

Ma collection se compose dès lors de :

– un mini sapin de Noël datant de l’époque où je vivais dans un mini logement, genre ceusses qu’on voit chez Ikea, un appart deux chambres salle de douche salon cuisine équipée piscine dans 29 mètres carrés ma bonne Dame.

– une mini crèche datant de la même époque, pour mettre au pied de mon mini sapin, logique.

– un sapin de taille normale datant de l’année suivante, quand j’ai réalisé que même dans 29 mètres carrés ou pouvait avoir un sapin digne de ce nom, qu’on se le dise.

– un kit de décorations dorées et rouge pour mon sapin, passqu’il y a rien de plus déprimant qu’un sapin tout nu.

– une crèche-lampe toute mimi achetée lors d’une visite à Maredret ou un endroit du genre.

– une crèche naïve achetée le lendemain de la visite à Maredret, because c’était elle, la crèche de ma vie dont je rêvais depuis bien avant ma naissance et que tant pis si j’avais déjà acheté une crèche la veille, il me la fallait, question de vie ou de mort vous comprenez ? 

– un kit de décorations mauves et argentées acquis un jour où j’ai plus pu voir le doré et le rouge en peinture, faut pas pousser, la vie se doit d’être un éternel changement, les boules de Noël aussi, question de marketing.

– un sapin conique brunâtre et lumineux arrivé durant une période fade de ma vie, savoir une période où décorer un sapin, que ce soit en rouge-doré ou mauve-argenté, me semblait plus épuisant que le marathon de NY sans tricher en empruntant un tramway, période où j’ai opté pour un kit « achetez, déballez, branchez, c’est fait ».

– un sapin conique blanc lumineux trop trop meugnon datant… d’hier.  J’en rêvais chaque nuit depuis deux jours, j’ai pas pu résister.  A ses pieds, ma crèche naïve trop belle trop tout que j’aime d’amour.

Ben quoi, ok, j’avoue, j’ai quatre sapins de Noël dans ma vie, mais je n’ai qu’une crèche, passque la première ne compte pas, elle fait 3 cm sur 4 et la deuxième ne compte pas non plus, elle n’a jamais quitté sa boîte, vu que ma crèche naïve sera pour toujours la crèche de ma vie de hamster de Noël.  Vous voyez que je suis conservatrice et pas dépensière pour un euro dans de l’inutile de Noël.  Rien de grave donc, à avoir quatre sapins de Noël.  Si ?  Y’a un psy dans la salle des fois ?

Bonnes fêtes à tous !

 

Mon horoscope décalé paru en novembre dans le 7mag

Bélier
21 mars – 20 avril

Pas de chapeau pour vous qui avez déjà vos cornes.  Meuh non, je ne suis pas vache.  Meuh non, je ne vous prétends pas cocue, tout cela relève de votre vie strictement privée.  C’est juste que cela ferait double usage, non ?

Taureau
21 avril – 21 mai

Vous aimez que vos proches soient comme des coqs en pâtes, leur bonheur avant le vôtre.  Une toque de cuisinière sera parfaite pour vous.  Mais n’oubliez pas : vous méritez également d’être gâtée, d’enlever votre toque, de vous vautrer sur le canapé et de vous faire dorloter par ceux que vous chérissez.

Gémeaux
22 mai – 21 juin

Allez, avouez-le que vous êtes super fleur bleue et que le seul chapeau dont vous rêvez est un voile de mariée ?  C’est pas une honte d’aimer les traditions liées à l’amour toujours hein.  Et si votre homme tarde à faire sa demande, ben laissez traîner cet horoscope bien en vue, en entourant votre signe de six traits fluo (les hommes sont parfois si durs de comprenur).

Cancer
22 juin – 23 juillet

Pour soigner votre léger complexe d’infériorité, investissez dans un haut-de-forme, à ne porter que deux fois l’an : pour le carnaval et pour halloween, accompagné d’un teint blafard et de dents de vampire, c’est très mode.

Lion
24 juillet – 23 août

Si vous n’êtes pas casée en ce moment, c’est simplement que vous hésitez encore entre Marc, avec qui vous avez passé la nuit dernière, Luc, votre conquête d’hier, Etienne, dragué samedi dernier et Laurent, votre casse-croûte du dimanche.  Quoique vous ne diriez pas non à Jean-Luc non plus, tout bien réfléchi.  Pourquoi vous contenter d’un seul homme alors que vous pouvez tous les avoir ?  Un seul type de chapeau vous convient dès lors : celui en latex, autrement dénommé préservatif.

Vierge
24 août – 23 septembre

Sportive ?  Quoi de mieux, alors qu’un bonnet de bain, en symbole de votre leitmotiv : un esprit sain dans un corps sain.  Punt aan de lijn.

 

Balance
24 septembre – 23 octobre

Vous trouvez les chapeaux ridicules.   Commencez en douceur, avec une casquette, protection idéale pour les jours de canicule.  Oui, bon, cette année, on l’a zappée, la canicule, mais on vit d’espoir non ?

Scorpion
24 octobre – 22 novembre

Vous connaissez ce trio « ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire » ?  Et bien il s’applique parfaitement à votre situation en ce moment : une folle envie d’hiberner quelques mois.  Commencez en douceur avec « ne rien entendre », par le biais de jolis cache-oreilles en fausse fourrure.  Choisissez les colorés et joyeux, c’est plus fun.

Sagittaire
23 novembre – 21 décembre

Votre tête est tout sauf « à chapeau ».  N’en portez pas, mais apprenez à les découvrir.  Sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_couvre-chefs_par_ordre_alphabétique, par exemple, vous n’en croirez pas vos yeux en découvrant tout ce qu’on peut se mettre sur le crâne.

Capricorne
22 décembre – 20 janvier

Un serre-tête orné de cornes rouges conviendra parfaitement à la diablesse que vous êtes en ce moment.  Et lorsque vous vous transformerez en créature angélique, vous le troquerez contre une auréole.  Dans l’intervalle, cherchez ce qui vous pousse à agir de la sorte.

Verseau
21 janvier – 19 février

Vous ne supportez rien sur votre tête, ça vous donne des démangeaisons, de l’urticaire, des poux et j’en passe.  Bon.  Soit.  Contentez-vous alors d’une nouvelle coupe de cheveux, assortie d’une coloration en bonne et due forme.  Les cheveux aussi sont une sorte de couvre-chef.

Poissons
20 février – 20 mars

Vous détestez le froid et l’humidité.  Pas de bol pour un péchon.  Un bonnet en pure laine vierge fera votre bonheur.  En été, pour affronter les draches nationales, troquez-le contre un chapeau en matière imperméable.  Pas glamour ?  Et la crève, vous la trouvez glamour, vous ?

 

Je ne suis plus une Sainte… Catherine, et c’est tant mieux

Ma chronique parue dans le 7mag de novembre :

Pour ceux qui rentrent d’un voyage de neuf siècles sur mars, un petit rappel s’impose : à la Sainte-Catherine, on fait deux choses : planter des bois qui prendront miraculeusement racine et fêter les célibataires atteignant l’âge jugé canonique de 25 ans sans avoir le privilège d’avoir une alliance à leur doigt ans.

Pour ma part, je n’ai pas encore testé le coup du bois.  Mais la fiesta chapeautée, ça j’ai vécu.  Testé et approuvé.  Une occasion comme une autre de faire la fête entre copines, chapeau en cadeau bonus.  Nous étions jeunes, belles, et célibataires. 

Et pourtant, moi, à l’époque (nan, c’était pas y’a longtemps, juste au millénaire dernier quoi), je trouvais ça tellement vieux, 25 ans, mais vieux de chez vieux.  Alors qu’actuellement, 25 ans, ça me semble la prime jeunesse, limite la fin de l’adolescence.  Comme quoi, tout est relatif, ma bonne Dame.  On est toujours le jeune d’autrui.  Et le vieux d’autrui.  Tout change, ma jeune/vieille Dame.

Mais, même si ce fut l’occasion d’une chouette soirée, je vote pour la suppression de cette tradition désuète qui semble stigmatiser les célibataires n’ayant pas encore trouvé charentaise à leur peton, à ce si jeune âge.  Je m’y oppose farouchement, c’est clair ?  Passque bon, faut vivre avec son temps : en 2011, être célibataire à 25 ans, c’est limite la norme.  Avec une espérance de vie de, je sais pas moi, genre 105 ans, quel intérêt de se mettre la corde au cou si tôt ?  Et pourquoi on fêterait pas, alors, avec un chapeau ridicule, les ceusses de 25 ans déjà mariés, les fous, les irréfléchis, les immatures, les futurs divorcés ?

Donc, je vais vous le dire comme je le pense, je trouve que la personne qui a inventé cette fête débile, ben cette personne, elle devrait pendue haut et court.  Ou mise sur un bûcher.  Ou écartelée.  Ou pourquoi pas pendue écartelée sur un bûcher, tant qu’à faire ?  Na.

Et puis quand je lis que Catherine  est patronne des barbiers, charrons, cordiers, drapiers, écoliers et étudiants, fileuses de laine, généalogistes, meuniers, notaires, nourrices, orateurs, philosophes, plombiers, potiers, prêcheurs, rémouleurs, tailleurs, théologiens, tourneurs et, accessoirement, des filles à marier (source Wikipédia), je me dis qu’elle n’a qu’à s’occuper de tous ces autres qu’elle oublie depuis des années et ficher la paix aux célibattantes.  Re-na.

Demain, découvrez ici mon horoscope décalé Catherinesque 🙂