13/01/2019 : Ikéa (à chanter)

Hier, j’ai reçu ma commande Ikéa. Première fois que je commande sans aller en excursion au magasin. Oui, pour moi c’était une excursion, ça prenait tout la journée, avec une balade dans les rayons, la découverte des pièces qu’ils aménagent et bien sûr le repas sur place, miam miam. Je prenais d’ailleurs un gâteau en dessert et j’en ramenais un, mais la dernière fois, ils avaient rajouté de la crème fraiche dans la préparation, c’était pas super bon et j’avais dit que j’en ramènerais plus. Bon ben c’est le cas maintenant…

Ma commande me convient super, sauf le bol à eau pour chat que je trouve trop petit, j’aurais dû prendre la version chien…

Merci à Marie-Jeanne qui était justement là lors de la livraison et m’a aidée à déballer et à ranger.

Après avoir pensé toute la nuit à ce que j’allais faire des cadres (je les ai achetés car ce n’est pas du verre mais du plastique, très pratique pour moi), j’ai trouvé déjà que faire des trois cadres tenant ensemble pour faire un seul cadre : je l’ai attaché dans mon hall et ai mis dedans les trois chats au point de croix que j’avais faits y’a des années. A la base c’est quatre chats pour les quatre saisons, mais je n’ai jamais fait le quatrième (hiver) ni la queue du troisième… ça tombe bien : trois cadres pour trois saisons. Ça m’a pris un temps fou, mais je les ai mis dedans, j’ai mis un clou dans le mur et j’ai attaché le tout. Voilààààà.

Avec tout ça j’ai déjeuné à 12h30…

img_5121img_5124img_5125img_5126img_5131

Publicités

29/12/2018 : j’ai mes lunettes double foyer, yessss

ça y eeeeeeeeeeeeeeeest j’ai mes lunettes, trop contente, et le truc que j’ai acheté chez Amazon a été mis par Pierre sur mes montures (heureusement, car les lunettes seraient déjà tombées 4 fois). Pierre m’a appelée à midi pour dire qu’elles étaient prêtes, j’ai dit que j’irais mercredi, puis j’ai pas su résister, j’ai enlevé mon pull de nowèl, mis une tenue légère et suis allé à Namur à pied à 13h30.

On voit peu le double foyer je trouve, bon j’ai tendance à regarder de loin sur tout le verre sans penser que je dois regarder sur la partie haute du verre, donc je vois flou, mais je suis tellement habituée à voir mal et double que ça va, et je vois enfin de près, yesssssssssss, plus besoin d’enlever mes lunettes pour lire ! Pour fêter ça j’ai acheté 4 livres de poche (romans félins) chez club et été manger chez burger king 🙂 Bon, me reste donc à recommencer à lire !

29/7/2018 : un dimanche à la brocante

Y’avait déjà « un dimanche à la campagne », voici le temps « d’un dimanche à la brocante ».

La météo étant plus supportable, je vais, comme chaque dimanche à la brocante, avec la décision de n’acheter ni cadre ni couverture rose. J’ai déjà pleiiiiiiin de couvertures roses et je n’ai plus de place chez moi pour des cadres. Et puis j’ai déjà acheté deux cadres à la brocante (tour Eiffel de Paris et chat à lunettes, les deux étant fuchsias, et j’ai acheté X (je ne sais pas combien) couverture à la brocante (en tout cas une Hello Kitty et deux roses, ça c’est sûr).

Donc ma décision est prise : ni cadre ni couverture ce jour.

Et voici mes achats du jour…

Même pas honte !

J’ai réalisé une fois chez moi que la couverture Minnie venait d’Eurodisney, au temps où c’était encore Disneyland Paris, donc au temps où j’y suis allée pour la première fois et où j’ai fait mon TFE intitulé « Disneyland Paris : le carrosse redeviendra-t-il une citrouille ? ». Oui le titre est génial (je me jette des compliments). Super souvenir pour une couverture géniale, Iguaï est d’accord.

Quant au cadre, il parle de lui-même… Un temps fou pour l’accrocher au mur mais j’ai déjà mis une photo, et j’en ai fait trois que j’ai envie de tirer chez Smartphoto et d’attacher…

 

1/11/2017 : Action

Je suis allée chez le nouvel Action de Jambes, enfin on m’y a conduite bien sûr. Je n’y ai fait que des dépenses utiles et paaaaaaaaaaaaaas chères (ma bonne dame) :

 – une grosse boîte de rangement avec couvercle fuchsia : in-dis-pen-sa-ble

– une couverture rose pour chat rose : in-dis-pen-sa-ble, je n’en ai que 15-20 (euh, 25 ?), non mais sa taille est parfaite, toute toute petite, et rose ! Iguaï l’adore déjà, avec les deux autres couvertures pour chat que l’ai récemment achetées (ben quoi, trois chats, trois couvertures pour chat, logique – et un humain, -+ 20 couvertures pour humain)

– deux stylets fuchsia, un petit pour mon smartphone, un grand pour ma tablette, in-dis-pen-sa-bles

– des biscuits et bonbons au chocolat

– des pinceaux pour le sol peint de ma sdb, où la couleur ne cesse de partir dans les joints, entre le parquet, donc je repeins tout le temps les trous

– un adaptateur usb inadapté à ma tablette, ah ah ah, j’avais un doute, il rejoindra ma boîte pour adaptateurs inadaptés

– une prise électrique à usb

– des friandises pour mes chats

– un plumeau vert pomme joliiiiiiiiiiiiii pour ma cuisine

– un petit sapin de Noël rempli de chocolats

– six porte-clés Minnie, a-d-o-ra-bles

 Pour les porte-clés, j’en ai rangé quatre et attaché deux au joli sac que j’ai reçu, l’ensemble est génial non ?

 Bon ben finalement, rien n’était in-dis-pen-sa-ble, mais on s’en fout non ?

 

IMG_3134.JPG

11/6/2017 : brocante

IMG_2356.JPG

pizap.com14971793329872.jpg

Je suis allée à la brocante ce matin, et je n’avais rien acheté, mais je suis repassée prendre une boîte Garfield que je n’avais pas prise pour ne pas refoutre trop de bordel chez moi avec mes achats inutiles…

Mais je n’avais rien acheté, ça n’allait pas, mdr.

J’ai fait des photos, notamment quand je me suis assise sur un banc après mon tour à la brocante, tellement j’avais chaud, et rien pris à boire, tchu. J’ai parlé à une dame très sympa qui venait de Charleroi et à qui j’ai raconté (pour ne pas changer) mon histoire, j’ai aussi parlé à une vendeuse adorable qui me demandait des nouvelles (donc je lui avais déjà raconté mon histoire, mdr) et à Folle Isabelle, à qui j’ai encore oublié de demander où était son magasin à Namur, je pense que c’est rue du Pont, la rue du Ots où j’allais manger avec mon papa quand j’étais jeune et belle (ça fait un bail, genre 30 ans, maintenant il est mort, j’espère qu’il fait la fête là haut).

Ma première photo est celle de l’arbre en bas à droite, que je n’ai pas acheté je vous rassure, mais je me souviens avoir demandé cet arbre à Saint-Nicolas, et il s’est trompé et m’a apporté l’arbre à Bidibules, snif.

Aaaaah, en cherchant une photo de l’arbre à Bidibules, je tombe sur mon blog, où j’ai déjà raconté cette histoire tragique iciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

arbres.jpg

Mon mythe Ikéa s’effondre lamentablement

Ikéa, pour moi, ce sont trois choses incontournables :

1.- Acheter minimum un truc inutile à chaque visite, pour que le plaisir soit plus intense.  Passqu’acheter de l’utile, c’est bien, mais c’est pas orgasmique. (orgasme, plaisir intense, c’est juste pour attirer les visiteurs).  La dernière fois par exemple j’ai acheté une lampe rose fuchsia orientable, qui me fait penser à un gros œil d’alien, voire au doigt d’ET quand il hurle « maison ».

2.- Manger sur place, pour que l’excursion Ikéenne soit complète.  Pas des boulettes suédoises, pour moi, mais manger quelque chose, pour le plaisir de faire une pause, de déguster un truc pas trop mauvais pour pas trop cher et de penser aux achats à venir, car en général on mange entre l’étage et le rez, à Hognoul.

3.- Acheter un gâteau au Daim congelé pour le dévorer dans les jours qui suivent.  Bon, là, pas besoin d’explication…

L’autre jour, je suis donc allée chez Ikéa.

J’y ai acheté : un arrosoir, des multiprises, des clips pour sachets, des cintres et un tapis de douche.

Premier incontournable zappé.  Rien d’orgasmique, rien de joyeux, rien d’inutile.  J’ai bien songé aux stickers cactus, puis je les ai remis en rayon, songeant que j’ignorais ou les coller.  Regrets.

Ensuite, on n’a pas mangé sur place.  Enfin juste un hot-dog car j’allais tomber d’inanition et de désespoir.  Pour l’inanition, le hot-dog a aidé, pas pour le désespoir.

Second incontournable oublié.

Enfin le gâteau au Daim n’existe plus.  Oui, vous lisez bien, c’est le drame de ma vie.  Ils l’ont remplacé par une pâle imitation, dans laquelle ils ont eu l’idée suédoise, pour ne pas dire saugrenue, d’insérer de la crème fraîche entre la pâte et le chocolat de nappage.  Dégueu, malgré les promesses de la vendeuse « y’a de la crème fraîche en plus et c’est encore meilleur ».  J’ai donc passé mon temps à décoller le nappage, gratter la crème, recoller le nappage, pour enfin manger ce gâteau avec trois milligrammes de caramel.

Troisième incontournable disparu en fumée.

Ma vie s’effondre, c’est clair et net.  La route jusqu’au 21 décembre 2012 sera bien longue.

Comment se remonter le moral ? Quick, Abduction, fringues, Pataugas ™

La semaine dernière, j’étais malade comme un chien.  Bon, pas aussi maladivement malade que durant ma grippe de la mort qui tue la vie de janvier, mais malade.  Et hier, ça faisait deux semaines que j’ai détecté mon premier mal de gorge, en participant à la Flash mob de Suarez (tiens, je vous en ai jamais parlé).  Ben être malade, ça démoralise.

La semaine prochaine, je conge.  C’est cool of course, je vais pouvoir mater des séries télé sur mon canapé, en regardant le pseudo-feu ouvert qu’est mon poêle à gaz qui fait un bruit d’enfer depuis que le chauffagiste lui a offert un entretien, même que je me demande si ça va pas péter un jour ou l’autre (paix à mon âme), en allumant des petites bougies et en me gavant de lasagne farniente.  Mais tout de même, la perspective de voir la nuit tomber à 16 heures, de subir les gelées nocturnes, la neige, les congères, la Toussaint et les vilains souvenirs et tout et tout, ben ça démoralise.

Depuis des semaines, je parle qu’à des nazes sur le net (quoique là, depuis deux semaines miracle miraculeusement miraculeux, je parle avec un charmant môssieur tout mignon, tout gentil, qui prend de mes nouvelles, ne me parle pas cul, ne fait pas dix fautes par mot, ne m’engueule pas si je réponds pas dans l’heure et a envie de voir les mêmes films que moi au cinoche).  Ben à force, ça démoralise.

Alors, ce jour, j’ai décidé de me remonter le moral.

Je suis sortie du bureau et je me suis ruée au Quick, en compagnie de mon Ciné télé revue.  J’ai dévoré mon chtit menu OK préféré en lisant les news d’Aurélie de Secret Story.  Un repas hautement gastronomique et intellectuel quoi.

Ensuite, je suis allée au cinéma voir Abduction, ce titre impossible à retenir, qui me fait penser à Ablutions.  Le film avec Taylor Lautner qui montre à nouveau ses jolis pectoraux et nous entraîne dans un thriller assez sympa, même si sans doute destiné aux plus jeunes que moi, quoique pas sûre car y’a quelque chose que j’ai pas pigé, ce qui prouve que j’ai vraiment un QI de poule retardée : à quoi servait la liste secrète (ceusses qui ont vu le film peuvent me répondre…) ?  Mais je n’ai pas boudé mon plaisir, c’était un film cool, avec pas mal d’action, du suspense et même de l’amouuuuur. 

Question du jour : pourquoi, quand on est deux dans la salle de cinéma, le second, qui arrive après moi, se met pile derrière moi, et fait trembler mon siège durant toute la séance en mangeant des trucs qui pue ?  Est-ce dû à l’instinct grégaire, ça ?  Passque ça me saoooooooooooule.  Et c’est pas la première fois.  Solutions : manger de l’ail ?  Puer des aisselles ?  Feindre un syndrome de la Tourette ?

Abduction Poster.jpg

Et puis, je n’en avais pas encore assez, alors j’ai fait une mini virée shopping.  Je déteste rester des heures dans les magasins, donc je suis parvenue, en trois quarts d’heure, à :

– M’offrir un super manteau d’hiver, qui est conçu comme les couettes quatre saisons, je peux enlever l’intérieur pour le transformer en manteau d’été.  Je devrais peut-être, du coup, virer mes 15 manteaux d’été et mes 23 manteaux d’hiver.  Nan, je rigole.  Mais je l’aime mon manteau des quatre saisons.

– M’offrir une petite tunique en solde et un gilet bleu canard, coloris qui fait un étonnant come back cet hiver, alors qu’il avait déjà été à la mode y’a genre quatre ans.  Etrange.  Tant mieux, j’aime le bleu canard.

– M’offrir une énième paire de bottes Pataugas, passque bien sûr, on n’a jamais assez de bottes dans sa vie.  Mais au moins j’ai sauvé la vendeuse de la déprime, elle qui rôdait, toute seule, dans son magasin désespérément vide, because le beau temps m’a-t-elle dit. Elle aime pas le beau temps en octobre, c’est clair.  Grâce à moi, sa journée ne sera pas totalement gâchée.  Et c’est vrai qu’il faisait torride, au fur et à mesure de mon après-midi je me suis délestée de mon écharpe, mon gilet et ma veste, pour me retrouver en manches courtes en ville, un 27 octobre, ça me rappelle une virée sur la Meuse à Dinant puis une gaufre mangée en terrasse, un 31 octobre, y’a quelques années, rha qué souvenir.  Pour parler de godasses, vous trouvez pas que c’est dingue les bottes fourrées qu’on trouve désormais dans les vitrines.  Avant y’avait pas ça.  Maintenant on voit de la fourrure et du matelassé partout.  Même que les Moon Boots font leur grand retour, notamment dans deux versions dont je suis folle au point que j’irais même bien aux sports d’hiver pour marcher 500 mètres par jour et boire des chocolats chauds en attendant l’heure de la raclette : les argentées et les noires vernies.  Mais bon je vais résister, je me suis acheté du matelassé en fourrure à 15 eur l’an dernier, qui m’ont fait tout décembre enneigé, je les recyclerai cette année.  Tout ça est peut-être dû à ces prévisions apocalyptiques ?

– Presque m’offrir un GSM, poussée par la petite gueule d’ange du vendeur à qui j’avais demandé un GSM coloré, qui m’a proposé un truc noir sur lequel on pouvait mettre une sorte de moche élastique vert pomme.  Euh, vous avez dit coloré ?  J’ai résisté.  Je cherche toujours un GSM coloré, genre rose quoi.  Apparemment, chuis la seule en Gelbique, y’a plus que du noir ou du blanc en ce moment.

– Hésiter à m’offrir une gaufre mais résisté, faut que je perde du gras là, là et là.  Mais là, rentrée chez moi, comme je regrette.

Et me voici chez moi.  Reste à ranger tout ça dans mes beaux placards tout beaux tout nouveaux que je vous montrerai bientôt quand j’aurai tout tout rangé.

Et mon moral, me direz-vous ?

Allons allons, y’a pas de miracle, mais tout de même, ça fait du bien une petite après-midi gras-cinéma-portefeuille à plat.