24/06/2019 : ma création du jour sur kizoa

www.kizoa.com_collage_2019-06-24_13-40-16

En cherchant « retouche en ligne photo » sue google, je suis tombée sur kizoa et ça me disait quelque chose. Et bien oui j’avais un compte et j’avais chargé toutes mes photos des passages couverts à Paris (séjou 2013).

Comme hier j’ai eu l’immense joie de reprendre la Namourette de Salzinnes à Jambes (fastooooooche, y’a juste 20 marches quoi, parfait …) j’ai fait plein de photos et fait un montage, rapidement, en deux heures quoi, et je l’ai mis sur facebook mais je le mets ici aussi, et j’en profite pour copier un petit bout de mon blabla facebook : « mon cerveau de merde je m’en fous, le plus dur pour moi c’est ce handicap physique, une galère même si je sais que ça pourrait être pire (mais y’a que moi et Martine qui pouvons le dire, les autres qu’ils vivent ma vie et on en reparle ok ?), ben oui je pourrais être morte, ooooooh je rigole, je pourrais être en chaise roulante, n’avoir aucune indépendance, ne pas avoir pu rentrer chez moi, et j’en passe… »

17/9/2016 : la demi-folle (pourquoi juste demi ?) qui hurlait rue Renée Prinz, c’était moi… sinon, je sais être charmante..

Comme on n’annonçait pas de pluie et fini la canicule, je décide, après avoir fait quelques courses au Delhaize. Et de faire une loooooooooooogue balade en rolateur au retour (un bout de l’avenue Materne et la rue Tillieux). A la caisse je me marre car la caissière remverse les oranges à jus (qui portent d’ailleurs un autre nom de fruit) roulent partout quand elle change leur sac déchiré, les chipies. Elle me dit en rigolant que je perds rien pour attendre, kesk’on rigole au Delhaize !

Je passe ensuite devant le Normandie, fermé jusqu’après mon opération, tchu, voulant prendre une dacquoise aux framboises, re-tchu yen a pas, je prends donc un bavarois aux framboises avec du citron, pour ne pas avoir fait l’effort d’entrer pour rien ! La vendeuse esr super sympa et réalise qu’aller jusque la caisse sera difficile vu le monde de fou : elle marche pour prendre mes sous et me rapporter la monnaie. Super sympa je vous dis.

En passant rue Tillieux, je croise une dame adorable qui m’a déjà vue et me dit « Je vais prier Dieu pour vous, pour que vous guérissiez, inch allah ».

Enfin, je vois un mec se gare là où j’allais changer de trottoir because travaux sur le trottoir (logique), m’empêchant de passer. Me retenir est encore difficile (para^t que l’accident m’a fai perdre mon inhibition, que je récupère petit à petit, voilà pourquoi au début quand je voyais passer le médecin je criais « qu’il est beauuuuuuuuuuuuu » et tout le monde, et donc lui entendaitJ), donc klaxon chat (un klaxon sur mon rolateur reçu d’une amie) et hurlements fous, d’ailleurs le gentil monsieur m’a demandé « pourquoi vous hurlez comme une damnée ? » Puis il m’a aidée à traverser, gentil tout plein qu’il était.

rolateur lennox.jpg

20/5/2016 : Verlaine

Il pleure dans mon cœur

Comme il pleut sur la ville ;

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon cœur ?

 

Ô bruit doux de la pluie

Par terre et sur les toits !

Pour un cœur qui s’ennuie,

Ô le chant de la pluie !

 

Il pleure sans raison

Dans ce cœur qui s’écœure.

Quoi ! Nulle trahison ?…

Ce deuil est sans raison.

 

C’est bien la pire peine

De ne savoir pourquoi

Sans amour et sans haine

Mon cœur a tant de peine !

IMG_0891.JPG

 

17/2/2006 : Ziko est mort

Je viens d’apprendre, enfin de réapprendre, je l’ai su un jour mais il y a un truc que j’oublie d’office, c’est la mort des gens, donc je viens d’apprendre en nettoyant mon pc, que Ziko était mort, je sais pas quand. Ziko est un rat que nous parrainions dans un pays d’Asie je crois, plein de mines antipersonnels au sol, bien dangereuses pour les humains, mais pas pour les rats, plus légers, formés à les désactiver.

 

Merci Ziko pour les gens que tu as sûrement sauvés, et belle vie au paradis des rats.

ziko rat.png

Nanowrimo (3ème), un petit texte écrit à l’instant : 17 novembre

17 novembre

Hier, en allant me coucher, j’ai fait la bêtise de mettre Dirty Dancing, que j’adore. Bien sûr, j’avais oublié le décès de Patrick Swayze, qui me fut rappelé à William Lennox. Kesque j’ai été triste.

Et keste j’étais triste hier.

De toute façon, c’est clair que je regarde les films différemment, avec un autre type de tristesse. Par exemple, en regardant « the vow (la promesse) », l’histoire d’un couple qui a un accident de voiture, et, si Monsieur s’en sort bien, Madame perd la mémoire suite à ses troubles au cerveau, et c’est leur histoire (vraie) que l’on suit. J’avais déjà vu ce film avant mon accident, mais là je n’ai pas cessé de comparer son histoire et la mienne, en pleurnichant. Ensuite, je n’ai rien trouvé de mieux que de regarder « ensemble c’est tout », un film et un livre que j’adore. Si je connais l’histoire par cœur, je me suis beaucoup plus concentrée sur la grand-mère, ses deux chats, sa solitude, sa vieillesse et la maison qu’elle abandonne quand on la fait aller en maison de repos pour sa convalescence. Et j’ai pleurniché. Je pleurais déjà en regardant les films mais maintenant mon regard a changé, je compare avec moi, je pense à ma vieillesse aux gens de ma famille qui sont décédés et je pleurniche encore plus.

Donc je regardais Dirty Dancing dans ma chambre et j’ai trié une boîte de photos. Mal m’en a pris. Note pour plus tard : ne jamais regarder des photos quand on a eu un accident. En fait, je ne les ai pas triées, je les ai regardées. Mal m’en a pris (je radote, je sais) : entre mes grands-parents décédés, mon père décédé et moi, des vieilles photos de moi où j’étais jeune et belle, et où je marchais langoureusement, des photos à Eurodisney avec une amie, des photos avec ma sœur et mon beau-frère où on riait tous, des photos de ma mère et de mon beau-père qui avait mis un soutien gorge à moi (le souvenir me revient : l’arrivée de ma poitrine fut un événement trèèèèèèèèèèèès longtemps attendu (j’étais pas une rapide), donc avec ces photos, j’ai encore pleurniché sur le temps où j’étais jeune et belle, car là je me sens vieille et moche, bou hou hou hou hou.

PICT0013.JPG

L’attente (rédigé le 7/9/15)

L’attente est la pire des choses. Je la savais élastique, savoir quand on attend une engueulade, elle vient vite, alors que quand on attend un biosu, il vien lentement (cinq minutes chaque), mais je l’ignorais si longue et pleurnicheuse. Depuis que j’attends je ne cesse de pleurer. Et Dieu sait si j’attends. Surtout qu’aujourd’hui j’attends (non l’Amour, la douceur er la fièvre, comme le chantait Jennifer) ka réunion à mon sujet.

My God comme l’attente est relative aussi. Pour moi, elle ne s’arrêtera jamais, alors que pour les participants à ma réunion, je ne suis qu’une malade parmi d’autres, un nom parmi d’autres, alors cool raoul, si elle n’a sa réponse que demain, y’a rien qui presse (rien qui urge comme disait mon père). Ben si ça presse, j’attends depuis juin, au cas où, et je pleure depuis hier soir, et j’ai pas dormi de la nuit. ça va comme(s) excuse(s) ? Non ?

Et si je dis que j’ai 42 ans, passé l’âge d’attendre qu’on décide pour moi. Non plus ?

Bon, attendons alors…

(carte lors de non emménagement)

11111bb2.jpg

Lettre ouverte à Calogero

 

Cher Monsieur,

 

 

 

La semaine passée vous étiez à la Citadelle de Namur pour donner un concert. J’adore vos chansons et vous ai vu de nombreuses fois en concert, mais cette fois, c’était impossible car j’ai été, comme piétonne traversant sur un passage, renversée par une voiture en décembre dernier et, ayant par miracle survécu, je suis depuis lors en revalidation à William Lennox. C’est dire si la citadelle et les concerts sont désormais impraticables.

 

Ma soeur qui est allée vous voir a eu l’idée de demander aux organisateurs une photo de vous tenant mon nom, puisque une séance photos était prévue après le concert, pour me faire plaisir, en souvenir du temps où j’allais vous voir. Après le concert justement, vous êtes monté dans votre voiture, pas un au-revoir, pas un signe et surtout pas une photo.

 

 

 

Dommage…

 

 

 

J’avais de vous l’image d’un mec bien, qui chante « Je m’appelle Nathan » ou « Si seulement je pouvais lui manquer », et j’en passe, en y croyant, et étant convaincu, en espérant faire changer les choses, en n’étant pas juste une machine à fric.

 

 

 

Il n’en est rien.

 

 

 

Dommage.

 

 

 

Trop dommage.

 

gedeon.jpg